Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REN MAI

NO STEAK

com
NO STEAK

NO STEAK

Comme le Colibri de Pierre Rabhi, je fais ma part

J'ai lu « Vivre avec les animaux : une utopie du XXIe siècle » de Jocelyne Porcher, et deux ou trois ans plus tard, à la lumière du livre d'Aymeric Caron « No Steak », il est temps pour moi d'agir.

Il existe un univers concentrationnaire où sont maintenus prisonniers des millions d'animaux. La finalité : nous vendre à profit des morceaux de ces être vivants qui finiront dans nos assiettes.

Ces morceaux n'ont pour moi - et pour ceux qui ont osé lever le voile sur leur alimentation -, que le goût de la violence, de la solitude, de l'effroi, de l'humiliation, de la douleur et de la tristesse. Ils ont surtout le goût amer de l'incompréhension de l'animal face à la main de l'homme qui s'abat sur lui.

« Nais, Survis, marche ou piétine, crève, in fine sois dégusté ».

Il faut 3 à 13 calories végétales et tant de pollutions irréversibles pour produire 1 calorie animale.

L'élevage industriel est un fléau pour la planète. L'alternative : le monde végétal qui offre largement de quoi nous nourrir, de quoi nous offrir la santé et faire grandir nos bébés - ces mêmes bébés qui font leurs premiers pas soutenus par Bambi, Pampam, Snoopy, Mickey Mouse et Porcinet. Ils savent d'instinct que l'animal est un copain.

Les lobbys de l'élevage industriel musellent les gouvernements et les médias. Ils s'affichent en publicités mensongères. « Ce qui ne se voit pas n'existe pas ». Et c'est ainsi que le jambon Herta pousse dans le pré, au milieu des pâquerettes. Maman est contente de bien nourrir ses enfants.

Je ne veux pas savoir et ne rien faire. Pour dépasser cette révolte nauséeuse, j'interroge mes capacités d'agir.

En transmettant le message, je regarde en face ces animaux en souffrance et je leur assure la portée d'une voix supplémentaire. Relayons l'information qui passe décidément bien mal. Quand le profit est enjeu, il faut radoter au-delà du ridicule pour faire comprendre la vérité.

Si nous ne faisons rien, qui sortira de leurs illégales cages étroites les cochons, les volailles, les bovins et les ovins victimes de la machination industrielle ? Qui le fera sinon nous ?

Si je peux inviter quelques-uns d'entre vous, ou même une seule personne, à faire un pas pour la défense de ces animaux torturés, ensemble nous déconstruirons ce modèle économique. Ce système productif broie des êtres sensibles, nos semblables, des êtres vivants réduits à... néant.

Mes outils sont plus que modestes mais je les souhaite puissants puisqu'ils sont la Connaissance. Ils sont ces références que je vous invite à découvrir attentivement :

2 mots-clés

Zootechnie et Animal-machine

2 ouvrages

« Vivre avec les animaux, une utopie du XXIème siècle » et « No Steak »

3 organisations

Greenpeace , L 214 et One Voice

En publiant ce texte sur FB, sur mon blog, dans des mails, sur des tracts et différents sites, je ne change pas le monde, je fais un pas. J'en ferai d'autres si je trouve comment. Vous ferez sans doute les pas suivants.

Il y a tant de mots-clés à faire connaître, tant de livres à ouvrir pour prendre conscience et tant d'organisations à rejoindre. Ces dernières, qui seront les premières, sont remarquables parce qu'elles se risquent à pousser les portes verrouillées des usines à viande et à filmer (« Ce qui ne se voit pas n'existe pas » rappelez-vous).

Prenez le relais, agissons ensemble et osons regarder ce qu'on inflige aux animaux : inséminations répétées, mutilations physiques et mentales, traitements médicamenteux, alimentation inadaptée, brutalités, isolement, maltraitance, détention, trahison et j'en passe.

Je ne mange plus de viande depuis près de 3 ans. J'ai fait parfois des exceptions pour ne vexer personne ; je n'en ferai plus. Je ne bois plus le lait des vaches. Elles sont privées sans ménagement de leurs veaux pour m'offrir mon petit-déjeuner chocolaté.

Je cherche l'harmonie et la cohérence. Et vous ?

If you don't like the way the world is, you change it.

You just do it on step at a time - M. Wright Edelman

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

essay writers review 01/03/2015 14:05

Fine information:)